Pendant longtemps je me suis passionné pour les avions. Mon grand-père qui a été pilote m’a appris à piloter à mon tour. Mais je ne suis pas devenu pilote. Il m’a fallu d’abord questionner mon rapport à l’aviation et son impact sur l’environnement. Évidemment le vol motorisé (encore très largement au kérozene), de surcroit plaisancier, ne m’a pas paru être la bonne voie.
D’abord enfant j’ai choisi la musique et la création d’une manière plus large pour combler ce manque.
Cela va faire maintenant vingt ans, que je dessine et imagine des avions, en plus de la musique qui est devenu vers dix-sept ans un axe majeur dans ma vie.
Cette absorption pour les aéronefs, s’est traduit en quelque sorte par une passion pour le design, le dessin, et plus largement l’amour des formes et des symboles qui encadre la vie des passionnés de toute sortes d’engins. Le graphisme entre autre, qui s’inspire des formes, des symboles et du design, s’est avéré être une voie spéculative pavée d’or pour moi.

Après mûre réflexion, c’est tout d’abord le vol à voile qui m’a paru être la solution. Mais je ne savais toujours pas comment partager ma passion a un plus grand nombre : de la manière la plus démocratique. Le modélisme étant dans mes jeunes années 90 encore un loisir de nantis, je me suis approché très prudemment. Peut-être aussi par peur de m’y enfermer. Il fallait trouver autre chose dans le vol que le seul plaisir solitaire et initié. Le planeur, qui est l’avion sous sa forme la plus simple mais aussi une des plus performative, m’a donné envie de retourner cette passion pour les avions vers le D.I.Y., une manière plus cheap de tourner les avions vers le plus grand nombre et de n’exclure personne !

C’est ainsi que j’ai répondu à l’invitation d’Antoine Moskovchenko et sa semaine de Workshop nommée Subvenir. C’était l’occasion pour moi d’aborder avec des gens de tout horizons la fabrication, l’élaboration et le design de modèles réduits et d’avancer avec mon envie de faire aimer les avions au plus grand nombre.

Il y eu des créations très intéressantes, en voici les images ! Et en attendant de me retrouver peut-être en workshop avec vous un jour, n’oubliez pas d’imaginer, de dessiner, et surtout de rêver ! C’est important.

EDELC

W

Project

8/8